L’histoire d’une truite hors du commun

Salut à tous !

Une journée avec mon pot « Yann » et un poisson qui méritait un petit récit..

La veille au soir , je reçoit un appel de « Yann » me demandant ce que je faisais demain car il voulait pêcher en rivière, changer un peu quoi ! Au début, je lui répond que j’ai un repas de famille puis peu après on cale l’heure de rdv au bord de l’eau..                                                               En effet, il en faut pas beaucoup pour me motiver surtout un pot comme lui . D’autant plus qu’il ne pratique pas cette pêche , j’avais donc envie de lui faire découvrir !

On décide de prendre cette journée très tranquille, c’est 9h on pêche tout juste et il commence à faire chaud..Malgré la chaleur, les premiers poissons se montrent vite avec de petites truites (25-30cm) et quelques beaux chevesnes et barbeaux en prime :

G0140060-1 20140608_111556 G0080019-1  

Après un très court temps d’adaptation, Yann a vite compris les bases de la dérive du leurre et provoque donc des touches dont de beaux poissons entre 50 et 60cm ! Un pur régal de prendre de gros rushs les pieds dans l’eau et d’écouter son frein battre au rythme du fish . Je me rends compte que cette technique lui plait bien et il traque sans relâche le moindre spot jusqu’à faire monter un belle truite de plus de 50cm dans ses jambes en pleine eau mais malheureusement elle lui ratera le leurre,rhaaa..ça y est il est chaud le Yann et moi j’ai chaud et j’ai faim (rires) Nous allons donc faire une petite pause casse croute aux alentours..

Petite pause qui finalement se transformera en véritable puisqu’ après avoir bien mangé nous avons suivi la finale de Roland Garros au bar du coin en tant que joueur et amateur de tennis ! Un match bien sympa même si Djoko a perdu et qu’on voulait du rebondissement . Nadal reste le maitre de la terre c’est indéniable . « Bon là Romain, je crois qu’il est tant de retourner traquer, qu’est ce tu en penses? » « Ouai, de toute façon , il dit toujours pareil quand il gagne Roland.. » Je prend un chemin et arrivé au bout, je me rends compte que ce n’est pas le bon, « allez tant pis faut que ça pêche maintenant ! » Il est 19h30 lorsque nos leurres retouchent l’eau…

Les spots sont vraiment pas fameux, on rencontre un gros plat qui nous fait perdre pas mal de temps puis nous arrivons sur une petite zone où j’informe mon pot que l’an dernier j’avais manqué une grosse truite donc faut insisté un peu sur le spot là! Je manque 2 truites coup sur coup qui me mettent les nerfs et me font changer de leurre. Je décide de mettre un leurre un peu plus gros coloris ablette et quasiment au même moment une chasse explose sur une ablette ou un chevesne non loin d’une bordure rocheuse. Étant le plus près, j’expédie dans la foulée un lancer appuyé mais je suis trop court. Tout doucement et comme un poisson dans l’eau , je me faufile 5m amont. Lancer appuyé 100% amont, j’amortis la tombée du leurre et arrive pile là où il faut. Petit jerk, pause et biim décroché ce n’est pas elle c’est pas possible c’était plus gros..je ramène quelques centimètres et booom, là oui , beau poisson Yann ! Je la vois se retourner au loin je pense alors à une 45-50 .. D’un coup, je rescend une baisse de tension, là il faut réagir en 1/4 de seconde et je rentre tout ce que j’ai dans le moulin. C’est à dire que la truite revenait vers moi à vitesse grand V car elle avait sa puissance plus la puissance du courant car elle redescendait et moi je n’avais que mon petit moulinet en 2000..donc là pas le choix j’ai envoyer tout ce que j’avais dans le poignet pour ne pas laisser un centimètre de mou dans la ligne!

Ce n’est qu’arrivée dans mes pieds que je reprends le vrai contact et quel contact !!! Du poids, j’entends ma tresse crissait à la limite de la rupture..et quand je pense à mon petit bas de ligne ça tourne dans ma tête..Peu de temps après, le poisson se montre et là c’est l’explosion de joie mais aussi de stress car elle n’est pas sortie et bien sur, 0 épuisette…Une truite d’un autre monde brise la surface et me mets dans tout mes états, heureusement Yann est là pour me calmer (rires) On essaye tant bien que mal de s’organiser pour la sortir, on tente donc de la rabattre sur la bordure au calme puis Yann passe en aval pour l’attraper tant bien que mal. Pas évident car l’engin est énorme , une largeur hallucinante si bien qu’il est dur de l’attraper! Elle reprendra même le large à un moment tentant de re-dévaler la rivière mais sans succès, ma nouvelle canne de Franck Zenk a réussi à la brider impeccable. Yann n’est plus qu’à quelques centimètres de cette « baramine » et il m’attrape ce boeuf à la perfection toujours dans le soucis de ne pas l’abimer pour assurer au maximum sa remise à l’eau. Et là, je saute de joie au coup de mon pot Yann, il a vraiment géré a su rester calme et concentré. Je ne sais pas si je l’aurais sorti seul vu le poisson et le spot. C’était un réel travail d’équipe! Voilà une récompense qui fait du bien, une truite de 62cm pour un poids impressionnant que l’on estime à env.4kg !!!! :

G0260140-1
G0310160-1

Ce poisson est tombé entre de bonnes mains, il nage encore..

Il nous ai difficile de reprendre nos esprits et de repêcher correctement même si Yann nous fait une belle miss de plus de 40
cm :

2014-06-10 17.42.30

Je précise qu’il était sobre lors de cette photo, mdr ! Pas de coup du soir, nous décidons d’aller boire un verre pour fêter ce poisson qui me fera ensuite coucher à pas d’heure mais ça c’est normal à l’inverse de cette journée qui fut un réel concours de circonstances….

Petite moralité perso: Parfois, il ne faut pas se prendre la tête à la pêche (comme ailleurs)

Bien halieutiquement, Romain