Point Historique à connaître

Il est important de savoir qu'avant la création des barrages, le fleuve Ebro était très peu large avec une faible profondeur et un courant soutenu. Il n'y avait pratiquement aucun carnassier si ce n'est quelques brochets, des anguilles et autres esturgeons qui remontaient de la mer.

La construction des murs des différents barrages a été très longue, elle a duré une bonne dizaine d'années… Celui de Mequinenza (mer d'Aragon) se finit en 1966 avec d'énormes infrastructures électriques (qui alimentent 27% de la région Aragon). Quant au mur de barrage de Ribarroja, en aval, il fut terminé en 1970 et immergea deux villages dont Fayon et une partie de Mequinenza.

En toute inconscience, ils venaient de construire des ouvrages qui allaient complètement changer l’écosystème, la pêche et le tourisme.

Cycle piscicole

Suite à cette transformation halieutique, se crée un écosystème exceptionnel donnant naissance à un développement piscicole hors du commun. En découle rapidement un réel engouement pour la pêche de loisir suite à l'introduction immédiate de black bass par la cellule « Inaga » du gouvernement espagnol.

Entre temps, l'histoire raconte que deux allemands dont un ichtyologue, auraient introduits sandres et silures dans un petit plan d'eau formé par le rio Segre en amont de Mequinenza. Ces messieurs auraient amené ces poissons du Danube pour servir de « vifs » afin de pêcher le brochet. La suite a montré que ces hommes avaient une longueur d’avance.

Sans peut être le savoir, les voici précurseurs de ces deux espèces emblématiques mais ils étaient sûrement loin de se douter que cet empoissonnement ferait de Mequinenza un véritable Eldorado!

Les bass étant largement majoritaire au niveau des prédateurs, il fallut attendre une bonne dizaine d'années pour connaître la fameuse explosion du silure... Le temps que ces poissons descendent jusqu'à Mequi, se retrouvent pour se reproduire et se développent fortement jusqu'à se présenter en grand nombre aux pêcheurs.

Les sandres quant à eux sont arrivés plus tard, au début des années 90 pour vraiment exploser en 1993 - 1994. C'est précisément la venue de ce poisson qui déclencha l'épopée de Mequi, notamment chez les français. C'est désormais le spot number one pour traquer le sandre avec une population inégalable. A noter que les sandres auraient été introduits après les silures donc ceci expliquerait leur apparition en différé.

Petit à petit, la population de brochets déclina suite au manque de frayères causé par le changement de biotope. Cette espèce est désormais quasiment disparue hormis quelques individus résistants de part et d'autres à des endroits bien précis où ils peuvent encore subsister. Il était évident que ce genre de modification halieutique n'allait pas se faire sans laisser des traces sur certaines espèces et autres vies subaquatiques.

Les premiers pêcheurs locaux ainsi que bizarrement, des pêcheurs allemands déjà présents, se rendirent vite comptent de ce nouveau potentiel piscicole sans précédent.

Il y avait peu de moyens de communication à l'époque mais à travers les revues et les échos de bouche à oreille, tout est allé très vite car le premier camp de pêche vit rapidement le jour. Dès lors, la médiatisation de Mequinenza fut sans précédent dans le monde de la pêche en eau douce… Ce centre de pêche disposait déjà d’une dizaine de « guides » de plusieurs nationalités et avait pratiquement monopolisé le site afin que la plupart des pêcheurs passent par eux. Les beaux poissons tombaient comme des petits pains, que ce soit en carpes, sandres ou silures et cela en quantité phénoménale ! Les premiers reportages ont fait de Mequinenza, en un temps record, le haut lieu de la pêche en Europe.

L'activité économique autour de la pêche devient de plus en plus grande avec la création d'autres centres de pêche, l'apparition de guides indépendants, des hébergements spécifiques, des bars et restaurations pour les pêcheurs, l'ouverture de magasins de pêche etc...

Au fil du temps et comme partout d'ailleurs, il y a eu une grosse pression de pêche avec malheureusement aussi pas mal d'abus sur les prélèvements et autres braconnages. Les autorités n'ont peut-être pas fait le nécessaire pour gérer la situation et beaucoup de « racailles » en ont malheureusement profité.

Les poissons ont donc connu un certain matraquage pendant plusieurs années, il en découle automatiquement des résultats en régressions et des pêcheurs mécontents par la même occasion. Beaucoup de « pratiquants » et de « mauvaises langues » ayant connu Mequinenza au début de sa réputation ne reviennent pas, ces derniers trouvant leur voyage de pêche plus aussi simple et donc moins rentable...

Ce qui est certain, c'est que la pêche est devenue plus technique et il faut désormais savoir s'adapter et pêcher proprement pour prendre du poisson. Ne serait-ce pas ça la vraie pêche ?! Rassurez-vous, d'après les résultats établis par Romain et ses clients, les poissons sont encore dans l'eau, en très bonne santé et avec un super taux de reproduction… Ils sont juste plus difficiles à convaincre.

En 2011, une nouvelle espèce vient diversifier encore plus la pêche : la perche. Elle viendrait d'un petit lac des alentours, même si personne ne sait vraiment. Là aussi, un mystère persiste sur cette dernière car du jour au lendemain c'est l'explosion de perches ! Dès les premiers jours de découverte, il y avait déjà des individus de plus de 40cm dans toutes les zones du lac avec une morphologie massive hallucinante. Comment ces poissons ont pu arriver à cette taille sans que personne ne les trouve avant ? Cette question reste encore jusqu’à présent sans réponse.

Toujours est-il que Mequinenza s'est enrichi d'une nouvelle espèce pour le plus grand plaisir de tous et possède désormais une très grosse population de perches avec beaucoup d'individus de tailles de plus en plus conséquentes ! Un sacré luxe qui rajoute du piment à la pêche sportive et permet désormais l'utilisation de nouvelles techniques bien spécifique à la perche...

La pêche avec Profishing-concept

Romain s'est spécialisé dans la pêche du sandre et de la perche et s'y concentre principalement avec ses clients via les techniques les plus propices du moment. Cependant, il reste ouvert aux autres espèces carnassières et vous ne serez pas à l'abri de tenter aux leurres une carpe ou un silure si l’occasion se présente! Sans évidemment oublier la pêche du bass sur de bons créneaux qui vous procurera aussi de grosses sensations...

C'est donc sur cette philosophie que Profishing-concept évoluera sur l'eau pour vous faire partager cette passion via la diversité des pêches et des poissons qui se présentent. Il vous expliquera le comportement des poissons qui ne cesse de varier en fonction des saisons, de la météo, de la pression de pêche… La diversité de poisson fait que même si une espèce est peu active, il y a toujours d’autres possibilités comme s’orienter sur d’autres espèces ou encore cibler les gros sujets.

Il faut être opportuniste en écoutant les saisons, en étant attentif et observateur afin de s’orienter vers la pêche la plus propice du moment. C’est la mission de Romain en allant de manière incessante sur l’eau :

« Comprendre la pêche afin de vous proposer le meilleur séjour que vous pourrez vivre »

©ProFishing-Concept | 

Romain Lavergne

Mequinenza, 50170 Espagne

07 86 47 22 60

profishing-concept@hotmail.fr